Virement de bord « safe » en Musto Skiff

Avec l’empannage, c’est au début l’un des deux gros défis dans plus de 6-8 noeuds. Les grands principes sont les suivants :

  • garder le bateau à plat
  • avoir de la vitesse
  • être synchrone avec le bateau

Voici donc ma procédure de virement « safe », utilisable en régate et dans la brise. Elle peut varier un peu d’un coureur à l’autre : « YMMV » comme disent les anglais. Il y a également des méthodes plus performantes mais gardons de la matière pour les prochains articles.

Préparation

  • Je suis au près, petit trap’ ou plein trap’. Je réajuste le trapèze à une hauteur moyenne si je suis particulièrement descendu ou remonté.
  • Je repasse les deux pieds derrière l’élastique de trapèze. Je tiens le stick par le dessous.
  • Je choque un peu (quelques cm), je mets au taquet et je pose l’écoute sur l’échelle devant l’élastique de trapèze. Le bateau doit être à plat et à sa vitesse optimale.

Déclenchement

  • J’attrape la poignée de trap et je commence à loffer doucement, j’enclenche le mouvement vers l’intérieur du bateau en pliant les jambes et en remontant le bassin pour décrocher le trapèze, puis en posant le pied avant sur le liston.
  • Je regarde vers l’avant pour être dans le bon tempo avec la rotation du bateau et ainsi le garder à plat (très important !).
  • L’étrave passe le lit du vent. La bôme passe au milieu, c’est le moment d’accélérer le mouvement : je passe de l’autre côté en même temps que la bôme, j’attrape l’écoute de GV au ras du taquet, je la choque généreusement si ça souffle.
  • J’accentue l’angle de barre sur la fin pour être sûr de bien abattre et je pose mes fesses le plus rapidement possible sur l’échelle en face, à côté de l’élastique de trapèze.
  • J’effectue le changement de mains.
  • Je choque généreusement l’écoute de gv si le bateau gite, mais idéalement il doit être à plat ou contre-giter un peu pour favoriser l’abattée de fin de virement.
  • Je m’accroche au trapèze et je jaillis à l’extérieur en m’avançant sur l’échelle pour favoriser la relance.

Illustration

Problèmes classiques

  • Gros coup de gîte ou dessalage à la sortie : je suis en retard par rapport à la rotation du bateau, ou je n’ai pas assez choqué la GV en traversant le bateau.
  • Le bateau s’arrête net face au vent et provoque un manque à virer. 3 causes potentielles :
    • manque de vitesse au lancement du virement
    • gîte ou contre-gîte pendant le lof
    • déplacement du corps en avance par rapport à la vitesse de rotation du bateau
Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s