Archives pour la catégorie Technique

Comment changer sa cale de dérive

Ou sa version outre-manche : daggerboard gasket repacking.

Les cales sont des bandes d’un genre de moquette, collé à l’intérieur du puit de dérive. L’intérêt est double :

  • faire joint pour empêcher l’eau dans le puits et limiter les turbulences
  • caler efficacement la dérive car c’est tout bon pour les perfomances

Avec le temps, ces bandes se décollent. Pour les changer, il vous faut :

  • le kit de « joint-moquette » pour dérive de chez Ovington : http://www.ovingtonboats.com/products/600 (TODO réf. 3M)
  • de l’acétone et un tissu pour frotter
  • du papier à poncer genre 240
  • un couteau bien aiguisé
  • de l’aérosol silicone genre McLube

Le kit comporte deux bandes autocollantes de largeur différente : la plus large est pour la partie haute du puits de dérive.

Commencer par retirer les bandes en place (ou dans mon cas ce qu’il en restait…)

Bien nettoyer à l’acétone, ne pas lésiner sur cette étape. Il ne doit plus rester la moindre trace de colle, la surface doit être parfaitement lisse et propre.

Poncer légèrement la surface pour optimiser l’adhérence de la bande. Rincer et sécher l’ensemble.

Découper la bande à la bonne longueur pour qu’elle rentre pile-poile dans le puits de dérive. Le côté plié sera à l’avant, les extrémités de la bande se rejoignent à l’arrière.

Coller en partant de l’arrière et en découvrant petit à petit la bande autocollante, s’aider d’un tournevis (par exemple) lorsque vous arrivez au « virage » de l’avant du puits pour bien appuyer la bande sur la paroi.

Une fois le collage terminé, laisser sécher au moins 12h, puis réitérer l’opération de l’autre côté en retournant le bateau.

Simuler l’insertion de la dérive. Ca sera probablement difficile à rentrer : mouiller le joint, siliconer généreusement la dérive à coup de McLube. Si ça ne rentre vraiment pas, s’aider du couteau pour retirer un peu d’épaisseur de moquette sur le joint. Attention de ne pas en retirer trop car elle a tendance à se compresser un peu avec le temps, il est préférable que ça soit un peu serré au début.

Empanner dans la brise

L’empannage de brise est probablement la manoeuvre la plus délicate lorsqu’on débute en MPS. A l’instar du jibe en funboard, elle demande un engagement physique et un bon timing, sous peine de dessalage. La bonne nouvelle, c’est qu’une fois ce palier atteint, ce n’est plus que du bonheur !

Les grands principes :

  • de la vitesse (en fait, un max de vitesse)
  • le bateau à plat
  • un angle de barre léger et précis

Mon parti pris : l’écoute de GV est lâchée au fond du bateau. Plus facile au début mais les inconvénients arriveront plus tard (notamment pour les affalages).

Conditions initiales : trapèze descendu au maximum, pied arrière dans le footstrap, couteau entre les dents.

Voici ma procédure, inspirée des vidéos, des conseils des anciens et de mes expériences :

  • se remonter un peu au trap (genre 20cm)
  • retirer le pied arrière du footstrap et le poser sur le liston (la position pied avant sur l’échelle, pied arrière sur le liston permet de conserver un bon couple de rappel tout en étant dynamique lors du changement de côté)
  • ravaler le mou de la contre-écoute de spi et coincer écoute + contre-écoute dans la main qui tient le stick
  • attendre le bon moment où le bateau va vite (risée, vague) et à plat pour enclencher une légère abattée – attention au dosage, trop d’angle et c’est le gadin assuré
  • immédiatement, traverser le pont en attrapant la nouvelle écoute au niveau de la poulie : traverser en deux pas, le pied avant (qui était sur l’échelle) au milieu, le pied arrière sur le liston en face et donner une bonne impulsion pour s’arracher et propulser les fesses sur l’échelle au vent.
  • l’angle de barre doit être neutralisé lorsque la GV passe l’axe du vent
  • faire le changement de mains dans le dos
  • s’accrocher au trapèze puis reborder le spi s’il n’est pas passé tout seul
  • sortir, mettre le pied dans le footstrap, se descendre

Quelques remarques :

Au début, vous dessalerez toujours à la gite plutôt qu’à la contre-gite en sorte d’empannage. N’hésitez pas à traverser le bateau le plus tôt possible, n’attendez pas que la GV passe, vous serez rarement trop tôt de l’autre côté.

Il faut trouver le coup de main pour placer l’écoute et la contre-écoute au bon endroit sur le stick et réussir à doser le bon angle de barre avec cette contrainte. Personnellement, c’est en me tenant debout que j’ai réussi à trouver le bon dosage.

Mise en pratique, perfectible pour ce qui est du passage du spi et du délai pour sortir au trapèze, mais globalement sans dégâts :

L’art du virement de bord en Musto Skiff

Tout Musto Skiffeur qui se respecte a dévoré le DVD K16 – taking control du dieu du MPS, alias Richard Stenhouse. Toutes les manoeuvres y sont décortiquées, notamment le virement de bord et principalement sous sa forme « wire-to-wire » : l’écoute reste au taquet et le barreur se précipite sur l’autre bord pour sortir à l’arrachée, poignée de trapèze dans la main avant et stick+écoute dans la main arrière. Très efficace, mais assez difficile à réaliser car la GV au taquet implique de ne pas traîner au risque de dessaler, et une fois sorti à l’arrachée, enclancher la boucle de trapèze est loin d’être évident. 

Or une discussion récente sur le forum UK a révélé que ce n’est pas, malgré les apparences, la technique suivie par les meilleurs en régate. Jugez plutôt :

Dsc_3387-3411-bruce-sm

Photo Tania Samus – photoskiff.com 

Le skiffeur en question est Bruce Keen (champion UK 2010), et la discussion déclenchée est intéressante. Extraits :

I think very few people have mastered RELIABLE wire2wire tacks, even Sten sits when it’s lumpy … — Rick

I was talking to Sten about this at Rultand, and he very rarely does wire-to-wire tacks in races. I am not sure if Sten sits on the rack though, as I think he may hook on while standing up, and then goes out (like he does in his gybes on the DVD). — Bruce

La discussion continue sur l’intérêt ou non de laisser l’écoute de GV au taquet pendant le virement. A suivre !

Bonus : même photographe, séquence d’un empannage :

Dsc_4057-4073-dan-sm